La tragédie de Bhopal

Une petite mise au point…la catastrophe de Bhopal a 30 ans!!!!

Ce qu’il en reste….

La catastrophe de Bhopal est survenue dans la nuit du 3 décembre 1984. Elle est la conséquence de l’explosion d’une usine d’une filiale de la firme américaine Union Carbide produisant des pesticides et qui a dégagé 40 tonnes d’isocyanate de méthyle (CH3-N=C=O) dans l’atmosphère de la ville.

Cet accident industriel tua officiellement 3 828 personnes, ce bilan ayant été revu en 1989 à 3 598 morts puis à 7 575 en 1991. Il fit en fait entre 20 000 et 25 000 décès selon les associations de victimes. Il y aurait eu 3 500 morts la première nuit et un grand nombre par la suite : la moitié dans les premières semaines et l’autre moitié de maladies provoquées par l’exposition aux gaz. Dans un article de 2010 du Washington Post consacré aux catastrophes industrielles et notamment la marée noire imputée à BP dans le Golfe du Mexique, le journaliste Paul Farhi évoque un bilan d’« au moins 12 000 personnes » pour la catastrophe de Bhopal. On dénombre par ailleurs 300 000 malades à cause de la catastrophe.

Réaction de la population
Chaque année, au mois de décembre, des milliers d’habitants de Bhopal victimes de la catastrophe manifestent au cours d’un lugubre carnaval. Des cris de colère fusent et l’on détruit par le feu des mannequins représentant les responsables de la firme américaine Union Carbide.

Pourquoi une rubrique ici….pour dénoncer la littérature qui entretient la PSYCHOSE, qui colle à la peau de cette ville comme à d’autres….30 ans…. Bhopal mérite de retrouver ses lettres de noblesses dans les itinéraires pour sa richesse culturelle, à nous, aussi de faire l’effort et de briser les a priori…

La catastrophe de Bhopal dans la culture populaire

Bibliographie
– Dans Lona et les Oubliés de l’Inde, un roman fantastique pour la jeunesse publié en 2008, la petite héroïne part en Inde à la découverte de ses origines et se fait enrôler par l’Institut de l’amour maternel, un ashram qui recueille les enfants de Bhopal dont les parents ont été exposés au gaz toxique lors de la catastrophe. Ces « Oubliés de l’Inde », car abandonnées par les propriétaires de l’ancienne usine et même par leur pays, seraient détenteurs de pouvoirs extraordinaires.
– Il était minuit cinq à Bhopal de Dominique Lapierre et Javier Moro
– Cette nuit-là de Indra Sinha chez Albin Michel
– L’empire de la honte de Jean Ziegler
– Dans Bleu toxic de Christophe Léon, un roman de 2010 (Le Seuil, collection Karactère(s)) pour adolescents mettant en scène deux désastres technologiques et écologiques dont la première nouvelle concerne la maladie de Minamata, au Japon et la seconde la catastrophe de Bhopal.
– Carte blanche, de Jeffery Deaver (cette catastrophe est évoquée au début du roman)
– La Grande triche de Jean-Claude Usunier et Gérard Verna
– Bhopal La pire catastrophe industrielle de tous les temps de Jacques Charbonnier chez Editions Préventique

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s